ROCHESTER, Minnesota — Des chercheurs de Mayo Clinic ont découvert que de subtiles caractéristiques que l’on peut observer uniquement au microscope au niveau de la structure des reins provenant de donneurs vivants, pourraient prédire le risque d'échec des greffes chez les receveurs. Les résultats sont publiés en ligne dans le Journal of the American Society of Nephrology

« Nous pensons que ces anomalies subtiles constatées dans les reins des donneurs vivants augmentent la propension du rein à être défaillant après sa greffe chez le receveur, » déclare Naim Issa, M.D., néphrologue de Mayo Clinic et auteur principal de l'étude. « Ces découvertes significatives peuvent fournir un aperçu des éléments indicateurs non reconnus de l’échec de la greffe de rein chez des receveurs. » 

L’année précédente a enregistré des records en termes de dons d’organes vivants aux États-Unis, avec près de 7 400 transplantations provenant de donneurs vivants, selon le réseau Organ Procurement and Transplantation Network. Pourtant, le nombre de donateurs volontaires est bien inférieur aux besoins. Près de 95 000 personnes aux États-Unis sont en attente d’une greffe de rein vitale. Pour les patients qui ont besoin d'une greffe de rein, trouver un donneur vivant est généralement leur meilleure option, affirme le Dr. Issa. En effet, les reins provenant de donneurs vivants durent généralement plus longtemps que ceux de donneurs décédés et les donneurs vivants ont de bons résultats après le don. 

Lors de l'analyse de la qualité d'un rein donné, les spécialistes de la greffe s'appuient généralement sur des renseignements tels que l'âge du donneur, les facteurs de risque et la fonction rénale. Ces donneurs subissent également des tests médicaux approfondis pour s'assurer qu'ils sont en assez bonne santé pour être donneurs. Néanmoins, certains receveurs subissent l'échec de la greffe plus tôt que d'autres. 

Dans le cadre de l'étude, une équipe de recherche dirigée par Andrew Rule, M.D., néphrologue de Mayo Clinic, et par le Dr. Issa a évalué 2 293 paires donneurs-receveurs. Des biopsies ont été réalisées sur les reins des donneurs après leur prélèvement en vue d’une greffe chez le receveur. D'après cette recherche, certaines caractéristiques structurelles peuvent influer sur la durée de vie d'un rein après greffe. 

Ces caractéristiques structurelles subtiles sont les suivantes :

  • Cicatrices rénales minimes
  • Durcissement des vaisseaux rénaux
  • Taille plus importante des néphrons rénaux, qui sont les unités fonctionnelles microscopiques du rein

« Nous devons approfondir la recherche sur ces caractéristiques structurelles subtiles, ainsi que sur le rôle de la réponse immunitaire dans la détérioration des reins après greffe », affirme le Dr. Issa. « Nous espérons que nos résultats pourront jouer un rôle à l'avenir afin de prolonger la durée de vie des greffes de rein. »

Cette étude a été financée par le National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases.

 

### 

À propos de Mayo Clinic
Mayo Clinic est une organisation à but non lucratif, engagée dans l’innovation dans la pratique, la formation et la recherche cliniques. Elle offre une oreille bienveillante et fournit une expertise et des réponses à tous ceux qui souhaitent guérir. Rendez-vous sur Mayo Clinic News Network pour obtenir d'autres actualités de Mayo Clinic et An Inside Look at Mayo Clinic pour en savoir plus sur Mayo Clinic.

Contacts Média : Sharon Theimer, Mayo Clinic Public Affairs, 507-284 5005, [email protected]

 

SEE ORIGINAL STUDY