Newswise — ROCHESTER, Minnesota. — Le cancer de l’endomètre représente la tumeur maligne gynécologique la plus fréquente aux États-Unis et le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes. De plus, les taux d'incidence du cancer de l'endomètre sont à la hausse dans le monde occidental, ce qui suggère que les modifications des facteurs environnementaux tels que l'alimentation, le mode de vie et le microbiome vaginal peuvent s’avérer être des facteurs importants dans son origine.

Dans une étude publiée dans le magazine Scientific Reports, des chercheurs de Mayo Clinic ont identifié une signature de microbiome associée au cancer de l'endomètre, qui serait en parti favorisé par la post-ménopause. L'objectif de l'étude était de comprendre comment les facteurs de risque de cancer de l'endomètre modifient le microbiome de l'appareil reproducteur et le risque de cancer de l'endomètre.

« Si, en plus d’être un marqueur du cancer de l’endomètre, le microbiome joue un rôle dans son apparition, cela pourrait avoir des implications importantes pour la prévention du cancer de l'endomètre », déclare Marina Walther-Antonio, Ph.D., auteure principale de l'étude Mayo Clinic.

Selon la Dr. Walther-Antonio, le rôle avéré du microbiome vaginal en tant que facteur clé de la santé vaginale et obstétricale, ainsi que les différences de microbiome vaginal entre les différents groupes ethniques, corroborent l'importance d'une exploration du microbiome dans le cancer de l'endomètre.

L'équipe de chercheurs a découvert précédemment des différences de microbiome entre les patientes souffrant ou non d'un cancer de l'endomètre dans le cadre d’une étude sur le microbiome utérin, publiée en 2017, qui a conduit au développement d'une méthodologie de dépistage du cancer de l’endomètre par écouvillonnage vaginal. »

« La nouvelle étude nous a apporté la connaissance et les applications nécessaires pour perfectionner cet outil de dépistage du cancer de l'endomètre », affirme la Dr. Walther-Antonio.

La Dr. Walther-Antonio et des chercheurs étudient actuellement le rôle du microbiome dans le cancer de l'endomètre et, éventuellement, les possibilités de prévention de l'action des bactéries nocives sur l'hôte.

Dans l'ensemble, l'équipe a vérifié les principaux facteurs de risque connus de cancer de l'endomètre (état de post-ménopause et obésité) et a identifié un pH vaginal élevé comme facteur supplémentaire associé aux patientes atteintes de cancer de l'endomètre.

« Nous avons déterminé que tous ces facteurs ont une incidence sur le microbiome de l'appareil reproducteur, que la post-ménopause est un facteur clé. Nous prévoyons de discuter des applications translationnelles possibles de ces connaissances, ce qui pourrait apporter de nouvelles approches pour faire face aux disparités actuelles en matière de santé dans le cancer de l'endomètre », affirme la Dr. Walther-Antonio.

Ce travail a été soutenu par le Centre Mayo Clinic de Programme médical sur le microbiome individuel et la Fondation John W. Anderson. Ce projet a été financé par le numéro de subvention CTSA KL2 TR002379 du National Center for Advancing Translational Science (NCATS). Ce travail a également été soutenu, en partie, par une bourse d'avancement professionnel de la subvention NIH P50 CA136393.

Les auteurs déclarent les intérêts divergents suivants : La Fondation Mayo pour la formation et la recherche médicale (Medical Education and Research) (inventeurs Andrea Mariani, Nicholas Chia et Marina Walther-Antonio) a déposé une demande de brevet « Methods and Materials for Treating Endometrial Cancer », US 2017/0260571 A1 (publiée le 14 septembre 2017). L'utilisation de porphyrmonas somerae et du microbiote associé comme biomarqueurs pour la détection du cancer de l'endomètre est couverte par le brevet. Marina Walther-Antonio est membre du conseil consultatif scientifique de LUCA Biologics, Inc. sur la recherche liée aux infections des voies urinaires, aux naissances prématurées et à la médecine de la reproduction. Il n’existe aucun chevauchement entre ces activités et les recherches présentées ici.

###

À propos de Mayo Clinic
Mayo Clinic
est une organisation à but non lucratif, engagée dans l’innovation dans la pratique, la formation et la recherche cliniques. Elle offre une oreille bienveillante et fournit une expertise et des réponses à tous ceux qui souhaitent guérir. Rendez-vous sur Mayo Clinic News Network pour obtenir d'autres actualités de Mayo Clinic et Les coulisses de la Mayo Clinic pour en savoir plus sur Mayo Clinic.

Contacts Média : Sharon Theimer, Mayo Clinic Public Affairs, 507-284-5005, [email protected]

SEE ORIGINAL STUDY