Provocative New Montreal Study Probes Link Between Breast Cancer and Air Pollution

Released: 10/6/2010 9:00 AM EDT
Source Newsroom: McGill University
Contact Information

Available for logged-in reporters only

Citations Environmental Health Perspectives

Provocative new Montreal study probes link between breast cancer and air pollution

Newswise — Air pollution has already been linked to a range of health problems. Now, a ground-breaking new study suggests pollution from traffic may put women at risk for another deadly disease. The study, published in the prestigious journal Environmental Health Perspectives, by researchers from The Research Institute of the MUHC (RI MUHC; Dr. Mark Goldberg), McGill University (Drs. Goldberg, Dan Crouse and Nancy Ross), and Université de Montréal (Dr. France Labrèche), links the risk of breast cancer – the second leading cause of death from cancer in women – to traffic-related air pollution.

“We’ve been watching breast cancer rates go up for some time, “says study co-author Dr. Mark Goldberg, a researcher at The RI MUHC. “Nobody really knows why, and only about one third of cases are attributable to known risk factors. Since no-one had studied the connection between air pollution and breast cancer using detailed air pollution maps, we decided to investigate it.”

Dr. Goldberg and his colleagues approached the problem by combining data from several studies. First, they used the results of their 2005-2006 study to create two air pollution “maps” showing levels of nitrogen dioxide (NO2), a by-product of vehicular traffic, in different parts of the city in 1996 and 10 years earlier in 1986.

Then, they charted the home addresses of women diagnosed with breast cancer in a 1996-97 study onto the air pollution maps. Their findings were startling. The incidence of breast cancer was clearly higher in areas with higher levels of air pollution.

“We found a link between post-menopausal breast cancer and exposure to nitrogen dioxide (NO2), which is a ‘marker’ for traffic-related air pollution”, says Dr. Goldberg. “Across Montreal, levels of NO2 varied between 5 ppb to over 30 ppb. We found that risk increased by about 25 per cent with every increase of NO2 of five parts per billion. Another way of saying this is that women living in the areas with the highest levels of pollution were almost twice as likely to develop breast cancer as those living in the least polluted areas.”

These disturbing results must be interpreted with great caution, warns Dr. Goldberg. “First of all, this doesn’t mean NO2 causes breast cancer,” he explains. “This gas is not the only pollutant created by cars and trucks, but where it is present, so are the other gases, particles and compounds we associate with traffic – some of which are known carcinogens. NO2 is only a marker, not the actual carcinogenic agent.”

A study of this kind can be subject to unknown errors. While the researchers tried to account as much as possible for them, areas of uncertainty remain. “For example, we don’t know how much the women in the study were exposed to pollution while at home or at work, because that would depend on their daily patterns of activity, how much time they spend outdoors and so on,” says Dr. Goldberg.

Dr. Labrèche adds “Some studies published in the US have also shown possible links between cancer and air pollution. At the moment, we are not in a position to say with assurance that air pollution causes breast cancer. However, we can say that the possible link merits serious investigation. From a public health standpoint, this possible link also argues for actions aiming at a reduction of traffic-related air pollution in residential areas.”

About the study

The study was a collaborative effort by researchers from the Research Institute of the MUHC, McGill University and Université de Montreal. It was funded by a research grant from the Canadian Cancer Society and another one from the Canadian Institutes of Health Research (CIHR).

About the McGill University Health Centre (MUHC) One of the world’s foremost academic health centres, the MUHC offers exceptional and integrated patient-centric care, research and teaching. Highly committed to the continuum of care in its community and affiliated with the Faculty of Medicine of McGill University, The Montreal Children's Hospital, the Montreal General Hospital, the Royal Victoria Hospital, the Montreal Neurological Hospital, the Montreal Chest Institute and the Lachine Hospital of the MUHC value multidisciplinary service throughout the lifespan, innovative technologies and practices, strategic partnerships and leadership in knowledge transfer. The MUHC is currently carrying out a $2.25-billion Redevelopment Project on three campuses—the Mountain, the Glen and Lachine—designed to provide healthcare professionals with an effective environment in which to ensure patients and their families benefit from The Best Care for Life. The campuses are also anchored in best sustainable-development practices, including LEED® and BOMA BESt guidelines.
www.muhc.ca
www.muhc.ca/construction

The Research Institute of the McGill University Health Centre (RI MUHC) is a world-renowned biomedical and health-care hospital research centre. Research is organized by eleven research axes (or programs). Located in Montreal, Quebec, Canada, the Institute is the research arm of the McGill University Health Centre affiliated with the Faculty of Medicine at McGill University. The Institute supports over 600 researchers, 1,000 graduate students, post-docs and fellows devoted to a broad spectrum of fundamental and clinical research. Over 1000 clinical research studies are conducted within our hospitals each year. The Research Institute of the MUHC is supported in part by the Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ).
www.muhc.ca/research/

About McGill University
McGill University, founded in Montreal, Que., in 1821, is Canada’s leading post-secondary institution. It has two campuses, 11 faculties, 10 professional schools, 300 programs of study and more than 35,000 students. McGill attracts students from more than 150 countries around the world. Almost half of McGill students claim a first language other than English – including 6,200 francophones – with more than 6,800 international students making up almost 20 per cent of the student body.
www.mcgill.ca

About the Université de Montréal
Deeply rooted in Montreal and dedicated to its international mission, the Université de Montréal is one of the top universities in the French-speaking world. Founded in 1878, the Université de Montréal today has 16 faculties and together with its two affiliated schools, HEC Montréal and École Polytechnique, constitutes the largest centre of higher education and research in Québec, the second largest in Canada, and one of the major centres in North America. It brings together 2,500 professors and researchers, accommodates more than 56,000 students, offers some 650 programs at all academic levels, and awards about 3,000 masters and doctorate diplomas each year.
www.umontreal.ca

Une étude montréalaise inédite explore le lien entre le cancer du sein et la pollution atmosphérique

Montréal, 6 octobre 2010 – La pollution de l’air a déjà été associée à de multiples problèmes de santé. Une nouvelle étude d’avant-garde suggère que la pollution associée à la circulation routière pourrait augmenter chez les femmes le risque de souffrir d’une autre maladie mortelle. Publiée dans la prestigieuse revue Environmental Health Perspectives, l’étude, menée par des chercheurs de l’Institut de recherche du CUSM (IR du CUSM, Dr Mark Goldberg), de l’Université McGill (Drs Goldberg, Dan Crouse et Nancy Ross) et de l’Université de Montréal (Dre France Labrèche), établit un lien entre le risque de cancer du sein – la deuxième principale cause de décès lié au cancer chez la femme – et la pollution atmosphérique provenant des véhicules à moteur.

« Nous constatons, depuis quelque temps, que les taux de cancer du sein augmentent », affirme le Dr Mark Goldberg, coauteur de l’étude et chercheur à l’IR du CUSM. « Personne ne sait véritablement pourquoi et seulement un tiers des cas sont associés à des facteurs de risque connus. Puisque personne n‘avait encore étudié le lien entre la pollution atmosphérique et le cancer du sein en utilisant des cartes détaillées de la pollution de l’air, nous avons décidé de nous pencher sur la question. »

Le Dr Goldberg et ses collègues ont abordé le problème en combinant des données de diverses études. Ils ont tout d’abord utilisé les résultats de leur étude menée en 2005 2006 afin de créer deux « cartes » de la pollution atmosphérique illustrant les niveaux de dioxyde d’azote (NO2), un sous-produit de la circulation automobile, dans diverses parties de la ville en 1996 et 10 ans plus tôt, en 1986.

Ils ont ensuite ajouté à ces cartes de la pollution atmosphérique l’emplacement du domicile des femmes ayant reçu un diagnostic de cancer du sein et ayant participé à une étude menée en 1996 1997. Leurs résultats ont été surprenants : l’incidence de cancer du sein était nettement supérieure dans les zones où la pollution atmosphérique était plus élevée.

« Nous avons découvert un lien entre le cancer du sein après la ménopause et l’exposition au dioxyde d’azote (NO2), qui est un « marqueur » de la pollution de l’air liée à la circulation routière », livre le Dr Mark Goldberg. « Sur l’île de Montréal, les niveaux de NO2 étaient compris entre 5 ppb et plus de 30 ppb. Nous avons constaté que le risque augmentait d’environ 25 % par tranche de cinq parties par milliard (ppb) de NO2. Cela signifie, en d’autres termes, que les femmes vivant dans les zones où la pollution de l’air était la plus élevée étaient près de deux fois plus susceptibles d’être atteintes d’un cancer du sein que celles qui vivaient dans les zones les moins polluées. »

Selon le Dr Goldberg, ces résultats inquiétants doivent être interprétés avec énormément de précaution. « En premier lieu, cela ne signifie pas que le NO2 cause le cancer du sein », explique t-il. « Ce gaz n’est pas le seul polluant que génèrent les automobiles et les camions. Cependant, le NO2 est associé à d’autres gaz, particules et composés reliés à la circulation automobile dont certains sont connus comme étant cancérigènes. Le dioxyde d’azote n’est qu’un marqueur et non l’agent cancérigène en tant que tel. »

Une telle étude n’est pas à l’abri d’erreurs inconnues. Bien que les chercheurs aient tenté de tenir compte le plus possible de celles-ci, certaines incertitudes persistent. « Par exemple, nous ne savons pas dans quelle mesure les femmes qui ont participé à l’étude ont été exposées à la pollution à leur domicile ou au travail; dépendant de la nature de leurs activités quotidiennes, du temps consacré à l’extérieur et ainsi de suite », souligne le Dr Goldberg.

« Des études publiées aux États-Unis ont également démontré des liens possibles entre le cancer et la pollution atmosphérique », ajoute la Dre France Labrèche. « Pour le moment, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer que la pollution atmosphérique conduit au développement du cancer du sein. Cependant, nous pouvons affirmer que ce lien éventuel mérite d’être examiné attentivement. Sur le plan de la santé publique, ce lien potentiel plaide également en faveur des mesures visant à réduire la pollution atmosphérique liée à la circulation routière dans les zones résidentielles. »

À propos de l’étudei

Cette étude a été menée conjointement par des chercheurs de l’Institut de recherche du CUSM, de l’Université McGill et de l’Université de Montréal. Elle a été financée grâce à une subvention de recherche de la Société canadienne du cancer et par une autre subvention des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

À propos du Centre universitaire de santé McGill

L’un des principaux centres hospitaliers universitaires du monde, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est reconnu pour l’excellence de ses programmes cliniques intégrés axés sur les patients, de sa recherche et de son enseignement. Fortement engagé à l’égard du continuum des soins prodigués au sein de sa communauté et partenaire de la faculté de médecine de l’Université McGill, de l’Hôpital de Montréal pour enfants, de l’Hôpital général de Montréal, de l’Hôpital Royal Victoria, de l’Hôpital et l’Institut neurologiques de Montréal, de l’Institut thoracique de Montréal et de l’Hôpital de Lachine, le CUSM met de l’avant des services multidisciplinaires complets, des technologies et des pratiques inédites, des partenariats stratégiques, en plus d’assurer un rôle de leadership sur le plan du transfert des connaissances. Le CUSM s’est engagé sur la voie d’un projet de redéploiement de 2,25 milliards de dollars sur trois campus – les Campus de la Montagne, Glen et Lachine – dans le but d’offrir aux professionnels de la santé un environnement efficace dans lequel les patients et leur famille pourront recevoir Les meilleurs soins pour la vie. Les campus ont également intégré les meilleures pratiques de développement durable, incluant les principes et lignes directrices LEED® et BOMA BESt. www.muhc.ca
www.muhc.ca/construction

À propos de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill
L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR du CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et des soins de santé. Les travaux de recherche sont regroupés autour de 11 axes (ou programmes) de recherche. Établi à Montréal, au Québec, Canada, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l’Université McGill. L’Institut compte plus de 600 chercheurs, près de 1 000 étudiants diplômés, postdoctoraux et associés consacrés à un large éventail de domaines de recherche fondamentale et clinique. Plus de 1 000 études cliniques sont menées dans nos hôpitaux chaque année. L’Institut de recherche du CUSM est notamment appuyé par le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ). www.cusm.ca/research/

À propos de l'Université McGill
Fondée à Montréal, au Québec, en 1821, l’Université McGill se classe comme chef de file parmi les universités canadiennes. McGill compte deux campus, 11 facultés, 10 écoles professionnelles, 300 programmes d’études et au-delà de 35 000 étudiants, originaires de 150 pays. L’Université accueille au-delà de 6 200 étudiants étrangers, qui composent près de 20 pour cent de sa population étudiante. Près de la moitié de ses étudiants ont une langue maternelle autre que l’anglais – dont 6 000 francophones.
www.mcgill.ca

À propos de l’Université de Montréal
Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l'Université de Montréal compte parmi les plus grandes universités dans le monde et notamment au sein de la francophonie. Elle a été fondée en 1878, et compte aujourd'hui 16 facultés et écoles. Elle forme avec ses deux écoles affiliées, HEC Montréal et l'École Polytechnique, le premier pôle d'enseignement supérieur et de recherche du Québec et l'un des plus importants en Amérique du Nord. L'Université de Montréal réunit 2 500 professeurs et chercheurs, accueille plus de 60 000 étudiants, offre quelque 650 programmes à tous les niveaux d’enseignement et décerne près de 3 000 diplômes de maitrise et de doctorat chaque année.
www.umontreal.ca


Comment/Share